LA MYOPATHIE D'EXERCICE, QUELS EN SONT LES SYMPTÔMES ?

list Dans: Maladies liées à l'activité Sur: comment Commentaire: 0 favorite Frappé: 234

La Myopathie d’exercice, souvent appelée « coup de sang », dont les symptômes vont de la simple baisse de forme, à la myoglobinurie, voir la mort de l’équidé… n'est certainement pas une maladie à négliger ! Prenez le temps de vous renseigner pour le bien de votre cheval et découvrez nos conseils et les traitements préventifs dans cet article.

Souvent appelée « coup de sang », dont les symptômes vont de la simple baisse de forme, à la myoglobinurie, voir la mort de l’équidé…

 

Les facteurs déclenchants semblent être le déséquilibre entre la ration alimentaire et le travail demandé à votre cheval. Les facteurs prédisposants et déterminants sont une surcharge azotée, une carence en vitamine E-sélénium, des affections hormonales, métaboliques, un déséquilibre hydro-électrique, un passage viral, le tempérament du cheval.

 

Il n’y a pas de prédisposition racialeni saisonnière, ce sont souvent des chevaux en « bon état général » voir parfois en surcharge pondérale plus souvent les jeunes femelles, l’entrainement, caractère vif, une prédisposition familiale :

- Lors de forte chaleur

- Lors d’exercices intenses, suivi d’une période de repos sans réduction de la ration

- Apparition au début ou à la fin du travail

Les diagnostiques cliniques sont : raideur des masses musculaires de la région des lombes et des fessiers, tremblements, sudation, raideur des membres, allures raccourcies, réticence au mouvement, voir décubitus. Les signes généraux tels que l’anxiété, la tachycardie, sudation, hyperventilation, hyperthermie et l'urine colorée (marc de café) peuvent être présents mais pas toujours…

 

Le diagnostic se fait par votre vétérinaire référant, qui réalisera très certainement un examen biochimique sanguin, relevé du taux de CPK, SGOT, LDH, urée créatinine…et vitamine E sélénium... Suivant le résultat de l’examen biochimique, un suivi sera certainement nécessaire quelques semaines après, afin de vérifier, la baisse des taux de CPK, SGOT, … et la bonne récupération de votre cheval.

Dans un premier temps, dans l’attente de la visite de votre vétérinaire, le plus important est de ne pas forcer le cheval à marcher, le maintenir au chaud (éviter les courant d’airs), lui donner de l’eau à volonté (de l’eau tempérée est l’idéal), attention : rations alimentaires limitées (foin + mash – type « recup mash »).

Ensuite une rééducation musculaire progressive et adaptée à l’évolution des marqueurs biochimiques, il faudra, suivant l’avis de votre vétérinaire, prendre le temps de le faire marcher à la main de courte périodes en respectant la récupération musculaire de votre cheval. De manière générale après une myopathie d’exercice, le règle de base est de ne pas forcer l’équidé tant que son examen biochimique n’est pas revenu à la normal et ensuite seulement une reprise progressive du travail peut être envisagée.

 

Dans la phase de récupération, la ration alimentaire doit être faible en apport énergétique. Le pronostic est favorable si l’identification et la maitrise des facteurs prédisposants et déclenchants sont faites. Dans le cas contraire, un risque de chronicité et de récidives se met en place, surtout si la gestion du cheval et de son travail n’est pas modifiée, on préférera un travail plus court mais régulier sur la semaine.

Les conduites à tenir pour éviter les myopathies d’exercice sont de trois types  :

- La ration en fonction du travail qui est demandé et préférer une légère sous-alimentation
- La gestion du travail : échauffement progressif, travail régulier, absence de repos complet
- Mesures thérapeutiques : compléter l’alimentation par des vitamines E-Sélénium, vitamine B, bicarbonate de Sodium….

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment!

Laisse ton commentaire

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
  • registre

Nouveau compte S'inscrire